Le site non-officiel et déjanté du Genève-Servette Hockey Club
  • Les Bières
  • Les enflures
  • Forum
  • 19.03.2019
    PostFinance Arena
    4-3AP
  • 21.03.2019
    Les Vernets
    2-3AP
  • HC Sierre
  • 09.08.2019

    19:00
  • HK Ardo Nitra
  • 13.08.2019
    Le Sentier
    19:30

Après 2015, objectif 2020

Simon Brandt nous fait part d'un petit point de situation sur l'état d'avancement de la nouvelle patinoire

 

Depuis maintenant 5 ans les supporters du GSHC que nous sommes attendent la mise en application de l'accord tripartie du 16 juin 2010 (GSHC-Canton de Genève-Ville de Genève) sur la construction d'une nouvelle patinoire. Ceci après une rénovation de la patinoire des Vernets qui a permis de maximiser son exploitation et sa rentabilité mais qui n'est qu'une solution temporaire et ne garantit en rien l'avenir du GSHC, cela sur un plan sportif comme financier.

 

Aujourd'hui, force est de constater que le projet n'a toujours pas réellement avancé. L’État n'a toujours pas la maîtrise totale des terrains qui ne sont, en plus, toujours pas déclassé afin de pouvoir construire la nouvelle infrastructure. En effet, si le Grand Conseil a voté le 17 avril 2015 le projet de loi modifiant les limites de zone sur le site du Trèfle-Blanc, c'est à dire un passage en zone de développement 3. Cela ne permet pas encore la construction de la nouvelle patinoire, il faudra en effet un nouveau PL (projet de loi) spécifique fixant les limites de zones, lire à cet effet les pages 3,5 et 10 du rapport du Grand Conseil que vous trouverez ici. Bref, ce PL permet d'avancer pour la construction de presque tout, sauf de la nouvelle patinoire.

 

Cette absence de maîtrise du terrain se double d'un second problème, la baisse des recettes fiscales qui amène les diverses collectivités publiques à devoir faire des économies tant sur le fonctionnement que sur l'investissement (soit ici le budget sur lequel on prendra la participation publique pour la construction de la nouvelle patinoire). Si, aujourd'hui, il faudra donc avant tout compter sur un financement privé avec un petit apport public pour faire avancer le projet. La responsabilité de mettre à disposition les terrains revient cependant au seul État et c'est donc avant tout pour cette dernière raison que le dossier n'avance pas. En effet, comment voulez-vous démarcher des investisseurs et vendre un projet lorsque vous n'avez pas la maîtrise des terrains ?

 

Avec une majorité du monde politique qui ne s'intéresse à ce dossier qu'en période électorale, pour l'oublier aussitôt après. On est donc légitimement en droit de s'inquiéter pour l'avenir de ce dossier avec, pour corollaire, l'avenir du GSHC et le risque d'une relégation administrative sans nouvelle infrastructure. Cette menace lancinante de la ligue nationale qui, auparavant, demandait que le chantier soit terminé au plus tard en 2018 ne sera sans doute pas suivie d'effet. Notamment car il est quasi-impossible de réaliser la nouvelle patinoire d'ici-là.

 

Ainsi, on peut raisonnablement penser que la ligue nationale se contentera d'un éventuel début du chantier d'ici 2018, respectivement un engagement clair des pouvoirs publics de permettre la réalisation de notre nouvelle patinoire d'ici 2020 et des poussières. Entre-temps, il faudra éviter l'investissement supplémentaire d'argent public pour l'actuel patinoire des Vernets, lequel éloignerait d'autant la réalisation de la nouvelle patinoire que nous attendons tous.

 

Dans tous les cas, je continuerai à me battre et à m'engager pour permettre la construction de cette nouvelle patinoire qui est nécessaire pour notre club et notre canton. A ce sujet, vous pouvez cliquer ici pour lire les différents textes que j'ai écrits sur mon blog ces dernières années.

 

Comme d'habitude, je ne manquerai pas de vous informer de l'avancée du dossier sur le forum 1905, sachant que la prochaine étape devrait normalement être le déclassement de la zone et le rachat des derniers terrains se trouvant sur le site du Trèfle-Blanc. Sinon, il faudra avoir le courage de dire que le projet est finalement irréalisable sur ce lieu et commencer à travailler sur un plan B, par exemple la construction sur l'actuel site de la Voirie municipale.