Le site non-officiel et déjanté du Genève-Servette Hockey Club
  • Les Bières
  • Les enflures
  • Forum
  • Sparta Prague
  • 21.08.2019
    SAP Arena, Mannheim
    2-3
  • Adler Mannheim
  • 23.08.2019
    Heilbronn Arena
  • HV71 Jönköping
  • 25.08.2019
    SAP Arena, Mannheim
    12:30
  • SaiPa Lappeenranta
  • 28.08.2019
    Yverdon-les-Bains
    20:15

Départ d’Hollenstein : ce qui nous dérange

La rumeur s’est confirmée ce matin : Denis Hollenstein n’aura fait qu’une saison à Genève.

 

En soi, le fait de perdre un joueur, on en a l’habitude. C’est le cas chaque été : des joueurs partent, d’autres arrivent et il n’est pas vraiment dans nos habitudes de critiquer les choix des uns et des autres. Un joueur décide ce qui lui semble bon pour sa carrière et agit en conséquence. Jusque là, pas de problème.

 

Néanmoins, sur le cas Hollenstein, deux choses nous dérangent. La première, c’est la perte sportive. Car contrairement à ce que certains semblent croire, on ne remplace pas un joueur qui tourne à 0.77 point par match sur la saison régulière aussi facilement que ça. Ce départ est une REELLE perte et on se réjouit de voir ce que Chris McSorley va pouvoir faire pour la compenser.

 

Mais là où le bât blesse vraiment, c’est au niveau des déclarations de Denis tout au long de la saison. Pour rappel, nous avons eu droit à « J’ai signé un contrat de quatre ans avec Servette et je vais le respecter. Si je devais être appelé en NHL, on aviserait » le 11 novembre 2013 dans la Tribune et aussi « Il y a beaucoup de choses qui se sont dites mais je crois que je l'ai assez dit: ce n'est pas vrai et je ne sais pas pourquoi les médias reviennent toujours sur ce sujet... Je serai à Genève l'année prochaine » lors de l’interview que nous avons nous même réalisée. Tout ça pour quoi ? Tout ça pour finalement apprendre qu’Hollenstein a décidé (de longue date si on en croit nos sources) de repartir à Kloten.

 

On n’est pas tout à fait bêtes, on sait qu’il n’allait pas déclarer à la presse ou à nous qu’il avait déjà la tête à Kloten. Mais quand on te pose la question de ton avenir lors d'une interview en cours de saison, il y a deux moyens de répondre. Soit tu fais dans la phrase bateau, comme 95% des joueurs, en disant que "ce n’est pas le moment d'en parler, on verra bien à la fin de la saison". Soit tu fais comme lui, tu hurles sur tous les toits que tu resteras, tu prends de haut les gens qui osent te poser la question (comme lors de notre interview qui, en plus, ne traduit pas l'agacement dont il a fait preuve au moment de répondre). Lui, il a clairement opté pour la deuxième solution et ça a plus de mal à passer.

 

En affirmant avec autant de véhémence qu’il serait encore là la saison prochaine, il a pris les supporters du club pour des cons, rien d’autre. Personne ne lui en aurait voulu s’il avait décidé de jouer franc jeu et dire qu’il se laissait la possibilité de partir en fin de saison. Mais là, en insistant à plus d’une reprise, il a délibérément menti. Tout comme, si on part du principe que ce départ n’a été rendu possible que grâce à une clause lui permettant de quitter le club après sa première année de contrat, il a menti en déclarant : « Je répète que j’ai signé un contrat de quatre ans ici et que je n’ai qu’une clause qui me permet de quitter les Vernets: la NHL ». A moins que Kloten ne soit en NHL, il s’est bien foutu de nous. Et aussi talentueux soit-il, ce genre de joueurs, ce n'est pas notre tasse de thé.

 

On se répète, mais on n’a rien contre un joueur qui décide de partir sous d’autres cieux, même si en l’occurrence son choix de carrière nous laisse sceptiques. On a par contre plus de soucis avec les joueurs qui se paient notre tête, pour rester poli. Et c’est bien l’impression que l’on a dans cette histoire.