Le site non-officiel et déjanté du Genève-Servette Hockey Club
  • Les Bières
  • Les enflures
  • Forum
  • 19.03.2019
    PostFinance Arena
    4-3AP
  • 21.03.2019
    Les Vernets
    2-3AP
  • HC Sierre
  • 09.08.2019

    19:00
  • HK Ardo Nitra
  • 13.08.2019
    Le Sentier
    19:30

Elections cantonales : vous ne savez pas pour qui voter ? 1905.ch vous aide ! (2)

Nous avons passé en revue dans l'article précédent les candidats qui n'ont pas daigné répondre à nos questions. Voyons cette fois ceux qui ont répondu.

 

Les réponses varient du tout au tout, que ça soit dans leur qualité ou leur longueur. Notez que depuis notre article de mardi, nous avons reçu les réponses de Anne Emery-Torracinta et de Mauro Poggia. Il faut croire que notre premier article est remonté aux oreilles de certains... Nous avons donc inclus ces réponses à la dernière minute.

 

Pour rappel, les deux questions posées étaient les suivantes :

 

1. Reconnaissez-vous le besoin d'une nouvelles patinoire à Genève ? (n'hésitez pas à développer votre réponse si vous le désirez)

2. Si vous deviez être élu, comptez-vous soutenir un projet de nouvelle patinoire à Genève et si oui de quelle manière ? Si vous être contre le projet, comptez-vous vous y opposer et le cas échéant de quelle manière ?

 

Voici donc les différentes réponses reçues, dans l'ordre alphabétique des candidats, avec un petit commentaire à la sauce 1905.ch

 

Thierry Apothéloz, Socialiste. Listes 1, 17, 18, 19 et 29

 

1.Une nouvelle patinoire est nécessaire pour plusieurs raisons.

 

Premièrement, la patinoire des Vernets n'est plus adaptée à une équipe professionnelle, ce qui freine le développement de l'équipe au détriment de ses finances (autofinancement difficile donc contrecoup pour les collectivités publiques) et de ses supporters (manque de confort).

 

Deuxièmement, une nouvelle patinoire multimodale permettrait de créer des opportunités pour d'autres événements qu'ils soient sportifs, musicaux ou culturels. L'offre genevoise est encore limitée.

 

Troisièmement, une nouvelle patinoire permettrait de dégager du temps de glace aux Vernets pour le hockey juniors mais aussi d'autres sports comme le patinage artistique.

 

Finalement, une nouvelle patinoire permettrait d'offrir plus de temps de glace au sport loisir, qui est trop souvent limité à une portion congrue à Genève.

 

2. Je soutiendrai la construction d'une nouvelle patinoire mais à plusieurs conditions afin d'éviter certaines erreurs commises pour le stade de la Praille.

 

Premièrement, il est nécessaire de faire un partenariat public-privé complet et détaillé afin que les collectivités publiques ne doivent pas assurer les éventuels dépassements de budget.

 

Deuxièmement, les communes concernées doivent être associées tout comme le canton et le GSHC à tous les stades de la construction. Pour le Trèfle Blanc, les communes de Carouge, de Lancy, de la Ville de Genève et de Plan les Ouates notamment devront être associées.

 

Troisièmement, les voisins de cette nouvelle patinoire doivent être associés au projet comme je l'ai toujours fait à Vernier, afin que la patinoire soit aussi la leur et ne soit pas vue comme un handicap mais comme une opportunité.

 

Quatrièmement, cette patinoire doit être celle de toutes et tous les Genevois-es. Loin d'être des vains mots, cela veut dire que son accès doit être facilité et que le GSHC doit s'engager à ne pas pratiquer des prix inabordables pour la majorité des très nombreuses et nombreux fans Genevois-es.

 

Finalement, comme cité précédemment, la patinoire doit être multimodale et pratique tout en étant une vraie patinoire de hockey (les patinoire NHL sans aller dans leur gigantisme sont des exemples) ce qui permet un autofinancement des frais de fonction voire des bénéfices et non des coûts supplémentaires à assumer par la collectivité.

 

Dès lors, si je suis élu, je m'engagerai afin que les acteurs concernés (collectivités publiques, partenaires privés, GSHC et associations sportives concernées) s'assoient autour d'une table, non pas seulement pour discuter mais pour faire aboutir un projet satisfaisant pour toutes et tous, un projet dont les Genevois-es pourront être fiers.

 

 

Nous avons là une réponse complète et bien détaillée de quelqu'un qui semble bien connaitre le sujet. Il connait le problème du manque de surface de glace à Genève ce qui est un très bon point et semble démontrer une certaine connaissance du hockey. De plus, son soutien au projet est plutôt concret.

Luc Barthassat, PDC. Listes 2, 3, 4, 15, 16, 20 et 21

 

Oui je reconnais les besoins d'une nouvelle patinoire pour Genève et surtout bien sur le Genève Servette. J'ai eu a l'époque des réunions avec Hugues Quennec et mon collègue André Reymond. Sur le site des Vernets ou ailleurs, toutes les options seront bonne a étudier. PPP pourrait être une bonne option.

 

Service minimum ! Il me semblait que le site avait pourtant été décidé... Pas forcément très au courant de l'état du dossier, ou alors il est déjà au courant des prochains rebondissement.

 

Didier Bonny, Pirate. Liste 22

 

Vos 2 questions appellent une seule réponse de ma part, la voici :

 

Dans la situation financière actuelle de l'Etat de Genève, une nouvelle patinoire n'est pas pour moi un besoin prioritaire. L'Etat n'arrive même pas à rénover le Cycle d'Orientation du Renard qui part en ruine! Ceci dit, si les finances de l'Etat le permettent à l'avenir, je n'ai rien contre la construction d'une nouvelle patinoire, notamment pour que le GSHC et son public soient hébergés dans de meilleures conditions, du moment que le montage financier fait appel à un partenariat public-privé.

 

Voilà au moins quelqu'un qui a l'honnêteté de dire que ce n'est pas une priorité pour lui. Il n'est pas opposé au projet pour autant, mais pas sur que ça suffise à convaincre les supporters du GSHC de voter pour lui...

 

Serge Dal Busco, PDC. Listes 2, 3, 4, 15, 16, 20 et 21

 

1. Le besoin d'une nouvelle patinoire est avéré. Elle doit être multifonctionnelle, à l'image d'un certain nombre de nouvelles infrastructures construites récemment en Suisse alémanique, et de taille adaptée, ni trop grande ni trop petite. C'est un instrument important pour assurer des revenus réguliers à l'exploitant et donc au club. Libérer les Vernets des compétitions de hockey permettrait de l'utiliser davantage pour des besoins de loisirs, qui sont eux aussi très présents.

 

2. Oui, je soutiendrai un tel projet (je le soutiens déjà !. Je pense qu'un tel projet doit faire l'objet d'un partenariat public privé (PPP) comme cela est prévu à Bienne. Le rôle des pouvoirs publics doit être de faciliter l'avancement du projet en fédérant les partenaires et accélérant les procédures.

 

 

Il fait nettement mieux que son colistier du PDC avec une réponse plus précise et détaillée. Ça reste pas hyper concret, mais on sent une certaine connaissance du dossier et des problèmes de glace à Genève.

 

Anne Emery-Torracinta, Socialiste. Listes 1, 17, 18, 19 et 29

 

1. Oui, absolument. Une patinoire, au même titre qu’un stade, une gare, un théâtre ou un opéra, fait partie de l’identité d’une ville ou d’un canton. Aujourd’hui, la vétuste patinoire des Vernets ne correspond plus aux attentes d’un club de LNA. En effet, la patinoire est quasi pleine à chaque match. Au niveau financier, cela limite l’apport de revenus, notamment du côté des VIP (850 places actuellement, occupées à chaque match, contre 2'500 prévues dans une nouvelle patinoire).

 

Par ailleurs, l’infrastructure à disposition de l’équipe (vestiaires, locaux de matériels, etc.) est indigne d’un club visant le titre national. Pour finir, la mauvaise visibilité pour le public à certain endroits (je pense notamment aux parterres Nord et Sud) ainsi que la piètre sonorisation de l’enceinte ne favorisent pas l’ambiance liée aux chants des supporters. Tout ces facteurs (moins de revenus, infrastructures trop petites, moins d’ambiance) désavantagent le GSHC dans la conquête du titre.

 

2. Durant mes deux mandats au Grand Conseil, je me suis toujours engagée en faveur du GSHC, que cela soit à travers la subvention au Genève Futur Hockey ou en soutenant la nouvelle patinoire. Au Conseil d’Etat, je continuerai à défendre ma vision que le sport, y compris d’élite, mérite d’être plus soutenu à Genève.

 

L’Etat a deux rôles principaux à jouer pour la nouvelle patinoire. Tout d’abord, le canton doit faire office de facilitateur : mettre à disposition des terrains, faciliter les démarches administratives, mettre en contact les différents acteurs, discuter en amont avec les éventuels opposants. Ce rôle est essentiel pour accélérer les procédures et la construction de la nouvelle patinoire sans, d’ailleurs que ce ne soit financièrement trop coûteux pour l’Etat !

 

Deuxièmement, le Canton doit participer financièrement à la nouvelle construction. Malheureusement, en cette période économique moins favorable, il est impossible pour le canton de financer la totalité de la patinoire (le montant articulé aujourd’hui est d’environ 150 millions). Il est donc essentiel que la patinoire du Trèfle-Blanc soit le fruit d’un partenariat public-privé, dans lequel le canton et les communes (principalement la Ville de Genève et Lancy) participent selon un pourcentage à définir.

 

N’oublions pas qu’aujourd’hui, le sport est le parent pauvre de l’Etat : pour un budget 2013 de fonctionnement de près de 8 milliards, seuls 2.963 millions sont prévus pour le sport. Il paraitrait donc logique que le canton s’engage plus à l’avenir.

 

 

Une réponse tardive certes, mais extrêmement complète et précise. Elle connait les problèmes des Vernets et pas seulement d'un point de vue VIP vu qu'elle aborde notamment la situation catastrophique des places en parterre. Son soutien au projet est concret y compris sur le financement. Le dernier paragraphe nous rappelle la situation désolante du sport dans ce canton...

 

Antonio Hodgers, Verts. Listes 6, 11, 12 et 24

 

1. Oui. Les bons résultats constants du GSHC ont provoqué un engouement indéniable pour le hockey sur glace, qui vient s'ajouter aux besoins du patinage artistique et à la demande populaire de pouvoir simplement patiner. La patinoire des Vernets est trop sollicitée par ces différentes catégories d'usagers. Il est donc temps de prévoir une nouvelle patinoire qui pourra, de plus, répondre aux normes internationales en matière d'événements sportifs (et permettre au GSHC d'évoluer au plus haut niveau sans craindre pour sa licence). Les autorités doivent répondre aux aspirations sportives et de loisir de la population.

 

2. En matière d'infrastructures sportives, en règle générale, les communes sont les pilotes. Ceci n'empêche pas le canton de contribuer d'une manière ou d'une autre à un projet de nouvelle patinoire. Trouver le terrain est un enjeu. Ce projet devra permettre au GSHC de répondre aux normes techniques internationales, mais il faut absolument éviter les erreurs faites pour le stade de La Praille. Les grands complexes sportifs-commerciaux n'ont plus la cote. Il faut que la nouvelle patinoire s'intègre harmonieusement dans le quartier, soit à proximité d'une desserte de transports publics et que la construction corresponde aux attentes énergétiques actuelles.

 

 

On le remercie de reconnaitre que les autorités doivent répondre aux aspirations de la population, certains l'oublient parfois. Là encore, c'est pas très concret sur les moyens pour y arriver, il remet surtout la responsabilité sur les communes tout en excluant pas un soutien cantonal. Mais semble très favorable au projet et a conscience des problèmes de glace et de licence.

 

Pierre Jenni, Sans parti. Liste 14

 

Tout d'abord, je tiens à vous assurer que je suis un fan du GSHC. Toute ma famille fait du hockey, mon neveu Nicolas Truffer joue en junior. A Taxiphone, nous avons soutenu le GSHC et nous soutenons encore le petits. J'ai insisté pour que nous poursuivions ce soutien.

 

Je suis donc pleinement acquis à l'idée d'une nouvelle patinoire. Non seulement elle nous permettra de recevoir des compétitions de haut niveau avec un public conséquent, mais elle permettra de libérer des temps de glace aux Vernets pour les nombreuses autres disciplines de patinage. En revanche, je pense que le financement doit se faire essentiellement par le privé. L'Etat peut offrir des garanties et des conditions cadres, notamment des terrains, mais l'état des finances de notre canton nous oblige à plus de prudence qu'auparavant.

 

Je suis persuadé qu'avec un signal positif des autorités, les sponsors se bousculeront. Encore faudra-t-il éviter de les fâcher comme avec le pont de la fondation Wilsdorf suite à la mise à sens unique de la rue de l'Ecole de Médecine.

 

 

Le seul candidat sans parti est assurément un fan de hockey et du GSHC. On voit qu'il connait bien le problème des Vernets et des problèmes de glace à Genève. Il ne s'engage néanmoins qu'à un soutien technique, renvoyant le financement exclusivement à des privés (qui?). Mais on ne peut que difficilement douter de son engagement derrière ce projet vu son engouement pour notre club.

 

Pierre Maudet, PLR. Listes 2, 3, 4, 15, 16, 20 et 21

 

Je vous remercie pour votre message et je salue votre initiative. Comme je l'étais déjà à l'époque en tant que Maire de Genève, je suis toujours favorable à la construction d'une nouvelle patinoire, digne de ce nom pour des matches de hockey de 1ère ligue suisse.

 

S'agissant de sa réalisation, elle dépendra de la capacité de mobilisation du club et des supporters (mais je suis certain que celle-ci sera au rendez-vous, comme en témoigne votre démarche), de la capacité de trouver des apports financiers privés pour un projet solide, et de la capacité pour toutes les collectivités (canton ET communes) de faire un montage financier raisonnable et équilibré, sachant que les finances cantonales ne ont pas au beau fixe. Cas échéant, je m'investirai dans ce but, avec toute ma conviction et mon attachement au GSHC.

 

 

Vous aussi vous avez tiqué sur le « 1ère ligue » ? On comprend bien ce qu'il veut dire, mais on constate que ce n'est pas un connaisseur. Ceci dit on lui demande surtout de soutenir le projet, pas de venir faire des « aux armes » aux Vernets. On sent que c'est pas sa première priorité mais que si on un bon dossier arrive il le soutiendra, rien de très concret. Notons tout de même que c'est le seul conseiller d'état en exercice qui a pris la peine de nous répondre.

 

Mauro Poggia, MCG. Listes 10, 23, 25, 27 et 30

 

1. En tant qu'ancien vice-président du GSHC je ne peux que soutenir la construction d'une nouvelle patinoire pour que notre Club et ses supporters puissent profiter pleinement de ce sport phare pour Genève.

 

2. Tout dépendra du département dont je serai en charge, mais il faut pouvoir s'engager personnellement dans ce projet.

 

 

Pour le concret on repassera... On est presque surs qu'en tant qu'ancien vice-président il est aussi favorable à un titre de champion.

 

Alexis Roussel, Pirate. Liste 22

 

Personnellement je suis favorable à la construction d'une nouvelle patinoire pour qu'elle soit adaptée aux besoins d'accueil. Cette construction doit être inclue dans une politique sur l'encouragement à faire du sport. Elle doit donc être conçue pour être la plus accueillante et la plus ouverte possible au public.

 

 

Difficile de faire moins concret... On ne serait pas étonné qu'il soit pour le beau temps et contre la pluie le week-end.

 

Laurent Seydoux, Vert'liberaux. Liste 7

 

1. Absolument. D'ailleurs, ce sont en fait deux patinoires qui seraient nécessaires pour répondre à la demande en surface de glace. Sur l'ensemble des patinoires du canton, toutes les plages horaires sont occupées obligeant certains jeunes à pratiquer leur sport (hockey ou patinage) très tôt le matin ou assez tard le soir.

 

Nous pouvons constater ces besoins durant la période hivernale avec les patinoires extérieures, dont j'ai été l'un des initiateurs en tant que maire de Plan-les-Ouates, avec Hugh Quennec. Cette patinoire est très fréquentée, soit pour les loisirs, soit par une équipe de hockey qui s'est créée. Ces installations sont très utiles pour développer l'aspect convivial et d'intégration dans une commune, mais aussi pour la condition physique, notamment chez les ados. Néanmoins ces patinoires temporaires ne répondent pas suffisamment aux besoins des clubs de hockey et de patinage.

 

Nous le constatons, le hockey est un sport très populaire à Genève, notamment grâce à sa première équipe GSHC et le travail effectué par Chris Mc Sorley et Hugh Quennec. Cela participe également à donner une belle image de Genève. Malheureusement, l'infrastructure des Vernets n'est pas digne des efforts consentis par le club et, surtout, ne permet pas d'assurer des revenus suffisants permettant d'avoir un budget à la hauteur de ce qu'il représente pour Genève.

 

2. En tant que Conseiller d'Etat, le sport sera une de mes priorités, et je suis à l'aise pour le dire, puisque j'ai été à l'initiative de la partie sportive des Cherpines, pour laquelle un projet de patinoire a été étudié avec le GSHC et Hugh Quennec. Il est important, si nous voulons que le sport se développe à Genève, d'avoir une vraie vision pour assurer la pérennité de nos clubs et pour la construction et l'entretien d'installations performantes. Cela est tout à fait possible puisque je l'ai fait étudier dans le cadre des Cherpines. La solution réside dans la mixité des activités à l'intérieur et autour de la patinoire avec un partenariat public-privé qui permette à un club d'avoir suffisamment de revenus indépendamment des résultats de l'équipe. Cela est réalisable, si nous combinons les aspects immobiliers, de loisirs, commerciaux et d'activités économiques et que les rendements sont consacrés au sport.

 

Ma volonté politique est de développer des emplois de proximité et notamment dans le sport et les loisirs.
Genève mérite une belle équipe de Hockey, alors donnons-lui les moyens de nous faire rêver!

 

 

Pour remercier ceux qui ont lu l'article jusqu'au bout, on a gardé le meilleur pour la fin ! Une réponse très détaillée et concrète de quelqu'un qui sait de quoi il parle de part son implication dans le défunt dossier des Cherpines et de part sa formation de manager du sport. Notez qu'il aborde tant le côté amateur avec les surfaces de glaces manquantes que le côté pros avec le besoin d'optimiser les revenus

 

Nous ne sommes pas là pour vous dire pour qui voter, car nous n'abordons que le sujet GSHC et vos préoccupations quotidiennes sont forcément plus larges. Cependant, comme soutien au GSHC et à une nouvelle patinoire, certains candidats sortent du lot. Au vu des réponses si dessus, je crois qu'on peut affirmer que Laurent Seydoux en tête, suivi de Thierry Apothéloz et de Anne Emery-Torracinta, sont les candidats les plus convaincants.

 

A vous de faire vos choix et d'utiliser vos droits civiques, VOTEZ !