Le site non-officiel et déjanté du Genève-Servette Hockey Club
  • Les Bières
  • Les enflures
  • Forum
  • 19.03.2019
    PostFinance Arena
    4-3AP
  • 21.03.2019
    Les Vernets
    2-3AP
  • HC Sierre
  • 09.08.2019

    19:00
  • HK Ardo Nitra
  • 13.08.2019
    Le Sentier
    19:30

Keller est-il Madame Persil ?

Sept heures et quart Madame Placard

 

Le contingent de joueurs suisses ayant plus Keller complet, c’est au rayon des étrangers que s’attarde dorénavant Chris. Les incertitudes planant sur Fata, Tony et Pothier sont au centre des discussions en ce moment. Quoi de mieux donc que d’annoncer l’arrivée de mec au CV aussi attrayant que celui d’Olivier Ryan Keller pour rassurer un peu tout le monde ?

 

Si l’on se fie uniquement aux stats du bonhomme, et c’est ce que l’on va faire vu qu’on ne le connait pas outre mesure, son portrait a tout de la bonne pioche. 100 points en AHL au cours des deux dernières saisons, ce type ne doit pas être un manche. Et étant donné qu’il a déjà évolué en Europe entre 2007 et 2009, on a pas trop à craindre Keller européen ne lui plaise pas.

 

Comme la rumeur l’annonce (même s’il ne faut pas croire tout ce Keller umeurs racontent), Salmelainen risque d’être absent toute la saison. On ne le souhaite pas, mais si ce devait être le cas, il faut espérer que notre nouvel arrivant possède une asKelleration aussi impressionnante que celle de Walsky pour pouvoir le suivre. Sinon, qui va y arriver ?

 

Au vu du niveau peu convaincant de Vampola (ou de sa motivation, va savoir), Ryan ne peut Keller emplacer avantageusement. Il paraît d’ailleurs Keller eplacement défensif ne l’effraie pas. Heureusement pour lui, sinon il risquerait de déclencher la Keller de Chris.

 

Néanmoins, Keller eur ce serait de penser qu’à lui tout seul, il va nous ramener la Coupe. Mais avec lui, Romy, Walker, plus toi, plus moi, plus tous ceux qui le veulent, cette équipe semble bien partie pour nous faire rêver. Et il faudra bien qu’un jour on le ramène, cet immonde trophée. Sinon, Keller itage allons-nous laisser à nos enfants ?

 

Bref, tout ça pour dire : Welcome Ryan Keller !