Le site non-officiel et déjanté du Genève-Servette Hockey Club
  • Les Bières
  • Les enflures
  • Forum
  • 19.03.2019
    PostFinance Arena
    4-3AP
  • 21.03.2019
    Les Vernets
    2-3AP

Saison 2017-2018, le point transferts et état des lieux des forces en présence

Alors que les derniers matchs amicaux se profilent et que les choses sérieuses sont sur le point de commencer, il est temps de se pencher sur l’effectif de nos Aigles pour la saison à venir.

 

Le premier changement, un qui aura fait couler beaucoup d’encre et qui sera sans doute le plus déterminant quant au visage qu’arborera notre équipe, reste celui de l’arrivée de Craig Woodcroft, en lieu et place d’un Chris McSorley qui se concentrera désormais exclusivement sur son rôle de Directeur Sportif. Cette petite révolution méritant un papier s’y consacrant exclusivement et à paraître ultérieurement, je ne m’y attarderai pas ici, m’occupant donc uniquement des joueurs.

 

Les gardiens

 

Le contingent est stable. Enfin, plus stable que Robert Mayer sur un quad en tout cas. Les prouesses estivales (et probablement contractuellement condamnables et condamnées) de notre dernier rempart verront ce dernier manquer le début du championnat. Si le pire en termes d’indisponibilité a été craint un temps, notre cerbère a repris récemment contact avec la glace, ne pouvant certes pas encore recevoir de tirs mais lui permettant au moins de rester physiquement dans le coup. Gageons que son absence ne devrait pas s’éterniser au-delà de l’automne.

 

Dans l’intervalle, c’est le duo Bays-Descloux qui sera en charge de tenir la baraque. Sur la base des matchs amicaux, c’est sans grande surprise le second qui devrait partir titulaire, alors qu’il est probable que Bays le remplacera à l’occasion, soulageant un jeune gardien talentueux mais encore un peu tendre pour enchaîner nombre de matchs en LNA. Il n’est pas lui faire injure que de considérer qu’il n’est malheureusement pas (encore) au niveau de Mayer, et que l’absence du tchéco-suisse représente un sacré coup dur pour cet automne. À moins que cela soit l’occasion pour Descloux d’exploser et de me donner tort.

 

Analyse : L’absence de Mayer pourrait coûter quelques points en début de saison, ceci dans un contexte où le championnat devrait être à nouveau extrêmement serré pour les trois quarts de ses protagonistes. Espérons que le surcroît de motivation du joueur, histoire de se faire pardonner, ainsi qu’un supplément de fraîcheur dans la dernière ligne droite compensera. Partiellement seulement à mon humble avis.

 

La défense

 

Deux faits majeurs. Le premier, c’est le (nouveau) départ de Goran Bezina. S’il est impossible d’affirmer à 100% que, cette fois, il ne reviendra pas, il ne figure officiellement plus dans le contingent, et les sources plus officieuses ne poussent pas à l’optimisme quant à un retour. Venant s’ajouter au départ du banc de McSorley, c’est une sacrée page qui semble bien s’être tournée du côté des Vernets.

 

Le second fait majeur concernant notre défense est l’arrivée du défenseur suédois Henrik Tömmernes. Et là, laissez-moi vous dire que c’est du très lourd. Vous savez, ce type de joueur qui tombe dans la catégorie de ceux qu’on courtise durant l’été avant qu’il ne signe immanquablement à Zurich, Berne, Lugano ou – dans le meilleur des cas – opte pour la KHL ? Tömmernes est de ce calibre. Voire mieux, il aurait parfaitement pu finir en NHL. Mais voilà, si nous n’aurons cette saison pas la chance de voir évoluer les superstars du hockey aux Jeux Olympiques, ce refus de la ligue nord-américaine de libérer ses joueurs aura par contre l’avantage de pousser des athlètes « seulement » proche de la NHL à s’engager ailleurs, pour avoir la chance de participer aux Jeux Olympiques avec leurs sélections respectives. Et une sélection avec une « Tre Kronor » qui visera une médaille olympique, c’est tentant. Est-ce que le duo défensif des suédois Fransson-Tömmernes marquera l’histoire du club, à l’image du duo nord-américain Hauer-Heward lors de notre remontée en LNA il y a 15 ans de cela ?

 

À noter encore la présence, depuis peu, et pour un mois et plus si affinités, de Dan Weisskopf, honnête défenseur de ligue nationale, qui devrait viser avant tout à apporter un peu plus de profondeur suite aux différentes blessures (Antonietti, Jacquemet) et suspensions (Vukovic pour trois matchs) frappant actuellement notre contingent. Oh, on en oublierait presque le départ du défenseur canadien Travis Ehrhardt, peu utilisé et qui n’aura pas marqué les Vernets de son empreinte.

 

Analyse : Le début de saison pourrait être compliqué puisque, en plus des absences potentielles de Jacquemet et Antonietti, c’est Vukovic, notre roc défensif, qui sera en tribunes pour trois matchs suite à sa suspension reçue contre Zoug lors des derniers play-offs. Délicat alors que notre défense évoluera justement devant un jeune gardien. Une fois tout rentré dans l’ordre, gageons que la présence seule de Tömmernes compensera largement le départ de Bezina. Un autre élément poussant à un certain optimisme est qu’aucun de nos vétérans ne devrait être déjà menacé par un début de baisse de performance alors qu’à l’inverse, nombre de jeunes défenseurs (Antonietti, Chuard, Petschenig) devraient encore progresser. En ce qui concerne le premier, il serait d’ailleurs temps qu’il franchisse un palier et qu’il évolue au niveau qu’on pouvait lui prédire il y a quelques années.

 

L’attaque

 

La première bonne nouvelle, c’est que Craig Woodcroft pourra à nouveau aligner, s’il le souhaite, la ligne Gerbe-Almond-Spaling qui aura été extrêmement dominante la saison passée. Mine de rien, ce n’est pas chaque année qu’on arrive à repartir avec un « top 3 » inchangé. On regrettera forcément le départ du très talentueux Francis Paré, mais ce départ majeur est compensé de façon plus qu’intéressante par une arrivée également majeure, celle de Tanner Richard. Si ce dernier n’a pas les mains de Paré, il a l’avantage d’avoir un style de jeu qui correspond exactement à l’ « ADN » du club et, surtout, d’avoir une licence de jeu Suisse. Et ça, ça change tout au moment de vouloir aligner Tömmernes ET Fransson en défense. Les bons étrangers sont légions, il n’est question que de moyen financier. En ce qui concernant les joueurs suisses dominants, par contre, c’est – en plus d’être cher – également beaucoup une question d’opportunité. Bien que moins « flashy », l’arrivée de Tanner Richard éclipse à mon sens totalement le départ de Francis Paré. Gageons également que le club, qui ne possède que quatre étrangers sous contrat, se réserve la possibilité (à vrai dire une quasi certitude) d’engager un 5e import – probablement un ailier/buteur – afin de maintenir tout ce petit monde sous pression et de s’offrir la possibilité tactique (au détriment de Fransson ?) de renforcer encore l’attaque au besoin. De la même façon qu’il n’était pas utile de s’attarder sur le cas d’Ehrhardt, je ne ferai pas grand cas du départ de Jim Slater, transparent lors du dernier exercice.

 

Voilà pour ce qui est des joueurs « star » et de notre première ligne. Et pour le reste me direz-vous ? Un point d’ombre tout d’abord : il n’est pas encore acquis que Rod fera la saison avec les Aigles. Officiellement, le jeune joueur n’est pas intéressé par une saison en AHL, cela devrait être San Jose ou Genève. Dans les faits, un revirement n’est pas impossible, une intégration dans l’équipe des « Sharks » au lendemain des camps d’entraînement non plus. Qualitativement, son départ ne serait pas remplacé par les arrivées du routinier Hasani, ou du très inexpérimenté Holdener. À moins que Schweri – pas une réelle arrivée mais en bisbille avec McSorley – profite de l’arrivée d’un nouveau coach pour exploser et fasse l’étalage du potentiel qu’on lui soupçonne ?

 

Analyse : Notre contingent offensif devrait être très profond cette saison, les places seront très chères pour les joueurs suisses pouvant prétendre à la 3e ou 4e ligne. Avec une très belle colonne vertébrale helvétique (Romy-Almond-Richard), les excellents Spaling et Gerbe, un probable attaquant étranger supplémentaire à venir, quelques solides routiniers et passablement de jeunes talentueux, notre offensive devrait proposer autant profondeur que talent. Probablement à un niveau jamais vu jusqu’ici. Surtout si Rod devait rester.

 

 

Si vous me demandiez ce qui a manqué aux Aigles pour renverser « un gros » ces dernières saisons, je vous aurais répondu de la profondeur, et un ailier/buteur suisse de grand talent. Cette saison, la profondeur devrait être au rendez-vous (en attaque principalement). Reste la question du buteur suisse supplémentaire. Et si Riat, Schweri ou Wick se révélaient à un niveau vraiment dominant lors du prochain exercice ?