Le site non-officiel et déjanté du Genève-Servette Hockey Club
  • Les Bières
  • Les enflures
  • Forum
  • 15.12.2017
    Malley
    3-5
  • 19.12.2017
    Les Vernets
    19:45
  • 21.12.2017
    Les Vernets
    19:45

Souvenirs, souvenirs...

Retour sur le véritable événement de la journée

 

Vous n’avez pas pu y échapper, la nouvelle fait le tour des rédactions et les commémorations ou journées spéciales se succèdent à travers le monde. La date est historique et 1905.ch se devait bien sûr de l’honorer. Oui, ce 6 décembre 2017, la Finlande fête le centenaire de son indépendance. Nous apportons donc notre contribution en vous offrant le Top 100 des meilleurs ressortissants du Pays des Mille Lacs ayant porté notre glorieux uniforme grenat.

 

1 - Tony Salmelainen

 

Est-ce dû à un manque de sympathie naturelle pour les Lions, quitte à tous les jeter dans le même panier ? Toujours est-il que Genève-Servette attendra de dépasser le sien, de centenaire, avant d’engager son premier Finlandais. En l’an de gloire 2008, nous voyons donc débarquer Tony Sala Samala Samamela Salami Salamaleki Salmiakki Salmelainen… lainen, un ailier de poche qui tient dans la main, qui tient dans la main. Avec un prénom de tigre, histoire de conjurer le mauvais sort.

 

C'est une mauvaise pioche pour les supporters qui devront scander son nom après chacune de ses réussites, mais une excellente pour l’équipe tant ces occasions de s’humilier en public se révèleront nombreuses. Doté d’une accélération fulgurante, Tony (appelons-le Tony) causera mille maux aux défenses du pays au sein de la fameuse SDS et frôlera le titre national en 2010. Il permettra également un schéma offensif très raffiné qui consiste à balancer dans le dos des défenseurs et “va chercher, Tony”. Le summum du genre sera atteint sur un but fameux en playoffs contre Zoug, alors que notre feu follet était pourtant censé souffrir d’une déchirure musculaire.

 

Comme hélas beaucoup d’autres joueurs, sa carrière sera écourtée par une commotion cérébrale, malgré une dernière tentative de retour à son stamm de l’IFK Helsinki. Il reviendra ensuite sous nos latitudes plus clémentes pour sa reconversion.

 

10 - Lennart Petrell

 

Comme son prédécesseur, Lennart Petrell est un produit de l’IFK, et lui aussi a tenté sans grand succès sa chance en Amérique du Nord. C'est à peu près tout ce qu'ils ont en commun.

 

Déjà, son nom est facile à prononcer, même pour Paul-André Cadieux. Ensuite, la rumeur veut que ses performances sur le tour de patinoire se mesurent avec un calendrier. Enfin, ses mains carrées ne le prédisposent pas vraiment au rôle de machine à buts généralement dévolu aux étrangers de notre championnat. Qu’à cela ne tienne. Son sens du jeu et son implication sans faille lui permettent de se rendre indispensable au forecheck, comme tueur de pénalités et par sa distribution de grosses charges toujours correctes. Un plaisir sous-estimé de ses présences sur la glace consistait d’ailleurs à voir les défenseurs adverses se débarrasser précipitamment du puck en le voyant arriver à la vitesse d’un cheval (arthritique) au galop. Et comme il était généralement associé à Chris Rivera et Roland Gerber, il valait mieux ne pas trop porter le palet de toute façon.

 

Le grand rouquin rentrera de son aventure genevoise avec dans les bagages une coupe Spengler à laquelle il aura notamment contribué par un but en finale. Ayant pris goût aux trophées, il ira ensuite gagner une CHL avec Luleå, avant de rentrer chez lui à l’IFK. Il y continue la distribution de boîtes, comme en atteste le début de ce résumé du match d’hier.

 

11 - Markus Nordlund

 

Doté d’un gros tir, bénéficiant de bonnes qualités techniques mais pas spécialement sécurisant en zone défensive, Markus Nordlund est un peu le prototype du défenseur finlandais, les performances comptables en moins. Emprunté à Ambrì le temps de la Spengler mentionnée ci-dessus, il livrera une excellente prestation qui lui vaudra une place dans le All-Star Team.

 

On l’imaginera un temps signer chez nous “pour de vrai”. Au lieu de cela, il enchaînera les clubs et les ligues pour se retrouver actuellement du côté des Pingouins de Krefeld.

 

100 - Larri Leeger

 

Eh oui, comme le laisse supposer l’orthographe particulière de son prénom, le défenseur zurichois de l’EV Zoug possède également le passeport finlandais.

 

Œuvrant au LHC à l’époque bénie où cette équipe moisissait en LNB, il sera récompensé de ses bonnes performances par quelques piges à l’étage supérieur lors de nos traditionnelles cascades de blessures.

 

Détail intéressant, sa page Wikipedia en finnois (oui, il possède une page Wikipedia en finnois) nous apprend que son surnom est… Larry. On savait les hockeyeurs particulièrement peu imaginatifs dans ce domaine, mais si c'est exact, cela doit constituer un record.

 

 

Et… c’est tout. Oui, c’est peu. Est-ce bien raisonnable que notre club préféré ignore tant ce grand pays de hockey ? Faut-il s’étonner que notre bête noire au fil des années soit sans doute la plus finlandaise des équipes suisse ? L’équipe de Tommi Santala et de Kimmo Rintanen. L’équipe qui a choisi comme musique de but une scie de Kirka. Est-ce une coïncidence que Robin Leone, autre double-national, ne semble marquer que contre nous ?

 

Pour apaiser les dieux, je ne vois qu’une solution : engager au moins quatre Finlandais la saison prochaine. Ou espérer que Kloten soit relégué cette année. Personnellement, je pense qu'il vaut mieux assurer le coup.