Le site non-officiel et déjanté du Genève-Servette Hockey Club
  • Les Bières
  • Les enflures
  • Forum
  • 19.03.2019
    PostFinance Arena
    4-3AP
  • 21.03.2019
    Les Vernets
    2-3AP

Marc Gautschi : "On n’a pas loupé notre saison en playoffs mais peut-être un peu avant"

Date de l'interview
Vendredi, Mars 22, 2013

Il est un peu passé inaperçu pendant deux saisons mais il ne sera pas si facilement remplaçable pour autant. On a donc décidé de lui donner la parole et autant vous le dire tout de suite, on a franchement bien fait. Souriant et bon joueur, il a en plus gagné nos faveurs dès sa première réponse. Merci pour ton passage à Genève, Marc. Et bonne chance pour la suite !

 

 

Connais-tu 1905.ch ?

 

Oui, c'est le site des fans du GSHC. J'ai déjà vu deux trois choses et parfois on en discute. Il y a eu des choses très rigolotes. C'est vraiment un très bon site.

 

Tu vas faire ce soir tes adieux au public genevois (interview réalisée le 22 mars). Pas trop déçu de devoir partir ?

 

Oui, c'est clair. Normalement, je suis content après une saison de rentrer à la maison mais cette année, je suis vraiment déçu. Je pense surtout qu'on a loupé une grande occasion contre Berne, surtout quand je vois les résultats.... C'est sûr que je suis déçu de partir.

 

Quel bilan personnel tires-tu de ton expérience à Genève ? 

 

Je pense que l'année passée était presque une année perdue pour moi, pour le club, pour tout le monde ici. Cette année, c'était beaucoup mieux. Je connaissais le système et je connaissais tout le monde ici. Je ne sais pas pourquoi mais la première année, n'importe où, j'ai toujours eu des problèmes. Ça prend toujours un peu de temps mais je pense que c'était pas mal cette année.

 

Est-ce que Chris McSorley t’a proposé un contrat pour rester à Genève ?

 

Oui, on a parlé à propos de la possibilité de rester ici et j'y ai réfléchi parce que j'ai beaucoup aimé jouer ici. Mais je pense surtout à mon futur, je n'ai plus 20 ans, j'en ai déjà 30 et je dois penser à mon avenir. C'est pour ça que j'ai pensé retourner au Tessin.

 

As-tu reçu d’autres offres pour la saison prochaine ? On a entendu parler de Bienne…

 

Oui, je pense que ma saison était pas mal et j'étais moi-même surpris du nombre d'offres j'ai reçu. Pour moi c'était clair que si je ne restais pas à Genève, c'était pour retourner au Tessin.

 

Tu vas donc repartir à Ambri deux ans après avoir quitté ce club. Quelles sont les motivations que peut avoir un joueur de hockey à aller jouer à Ambri ?

 

C'est clair que pour quelqu'un qui ne connait pas le Tessin, c'est un peu difficile. Surtout pour les Suisses-allemands. Je pense qu'à Genève ce n'est pas facile non plus pour un Suisse-allemand mais on a vu qu'il y a beaucoup de joueurs qui sont restés plusieurs années comme Trachsler et Höhener. Mais j'aime beaucoup le Tessin, j'habite là-bas, c'est ma nouvelle maison et je pense que l'équipe est pas si mal. Je pense que l'année prochaine il y a la possibilité de faire les playoffs. J'ai vu Bienne et Langnau qui ont fait des playoffs et je pense qu'ils n'ont pas une meilleure équipe qu’Ambri.

 

Sérieusement, à part boire des Café Coretto, il y a quoi à faire là-bas ?

 

Oui, c'est juste, il n'y a pas grand chose à faire mais j'habite à Lugano et je fais les trajets, parce que sinon.... Même avant, j'habitais à Bellinzone et ça allait parce qu’Ambri, même pour moi, c'est un peu trop...Surtout après Genève.

 

La patinoire est désuète, on entend souvent parler de soucis financiers : Ambri a-t-il un avenir à long terme en LNA ?

 

Oui, je pense que c'est un club avec beaucoup de tradition. On discute depuis 75 ans pour savoir si le club doit être en LNA ou pas mais je pense que c'est le charme de cette équipe et de la Valascia qui tient encore. C'est clair qu'il faut faire quelque chose pour le futur parce que je pense qu'on peut jouer encore deux saisons dedans et après il faut trouver quelque chose d'autre.

 

Le public d’Ambri est réputé très chaud et fidèle. Quel est ton avis sur celui des Vernets ?

 

Je trouve qu'ils sont très corrects, surtout l'année passée où on était assez nuls. Ils ont bien supporté tout le temps et presque jamais sifflé. Ca m'a beaucoup impressionné surtout dans une ville comme Genève. J'ai joué à Berne et si tu ne gagnes pas 3-0 après le premier tiers, ils sifflent déjà. On a beaucoup senti ça dans l'équipe.

 

Certains aiment penser que Genève-Servette-Fribourg est un derby. Toi qui a connu, et va à nouveau connaître, les derbys Lugano-Ambri, peux-tu nous dire lequel des deux est le plus chaud ?

 

Ça dépend. Malheureusement, Ambri était un peu mal ces dernières années et Lugano n'était pas au top non plus mais la rivalité est encore grande et les fans vivent que pour ces derbys là mais je pense qu'ici à Genève, même Berne est devenu un derby et Fribourg aussi. Je peux seulement imaginer comment étaient les playoffs en 2010, ça devait être fou.

 

Penses-tu sincèrement qu’Ambri a une chance de retrouver les playoffs rapidement ?

 

Oui, j'espère bien l'année prochaine. Je pense qu'avec Pelletier l'équipe a changé. Maintenant, ils ont même pris Steiner. L'équipe a de la qualité mais il y a la mentalité de perdant. Ils savent déjà après 10-15 matches qu'ils vont finir derniers et c'est difficile de repartir. C'est surtout cette mentalité qu'il faut changer.

 

En parlant de playoffs, comment as-tu vécu l’élimination de cette année contre Berne ?

 

Même maintenant, je suis encore très déçu. Peut-être que c'était ma dernière chance et comme je l'ai dit, pour moi on pouvait vraiment gagner le titre. On avait une bonne équipe et on était de nouveau bien en fin de saison. Je ne comprends pas pourquoi on a perdu le cinquième et le sixième match... Je suis trop déçu, tous les joueurs et Chris aussi sont déçus. C'est la vie mais ça fait mal encore.

 

Que vous a dit Chris McSorley dans les vestiaires le soir de l’élimination. Il était en colère ?

 

Il a compris que dans le sport c'est difficile de revenir après les deux défaites des matches cinq et six. Surtout après le sixième, où on gagnait 3-1 après le deuxième tiers... Il a dit avant le match que ce n'était qu'un jeu mais que c'était le sport le plus beau du monde. Tu peux perdre mais tu dois tout donner et à la fin c'était comme ça. On n’était plus frais dans la tête et voilà.... Mais je pense qu'on était quand même la meilleure équipe dans ce quart de finale.

 

Au moment où tu marques le 3-1 lors de l’acte VI aux Vernets, tu ne te dis pas que cette fois ça y est, c‘est gagné ?

 

Oui, j'étais très content et j'ai vraiment pensé qu'on allait gagner parce qu'on a contrôlé tout le match et il s'est passé ce qu'on ne voulait pas, se prendre un but assez tôt dans le troisième tiers et après tu commences un peu à trembler. Je ne comprends pas, c'est difficile de trouver des mots pour ça...

 

Le dernier joueur à avoir envoyé un missile comme le tien dans la lucarne lors d’un match de playoffs s’appelle Brian Pothier (lors du match VI des playoffs 2011). As-tu des nouvelles de son état de santé ?

 

Je l'ai vu mercredi soir, il est ici pour des histoires d'assurance et peut-être qu'il sera là ce soir. Il repart demain. Je lui ai parlé et c'est déjà sa deuxième grande commotion. Il en avait déjà eu une de 18 mois et maintenant c'est la même histoire. Il va bien, son état est bon mais je pense qu'il est encore loin de rejouer et je ne sais pas ce qu'il veut faire mais je crois que pour le moment il ne pense pas à rejouer tant qu'il n'est pas à 100% dans la vie quotidienne. C'est dommage car pour moi c'était un des meilleurs étrangers avec qui j'ai joué.

 

On a lu Hugh Quennec se plaindre du niveau de l’arbitrage en Suisse, notamment durant cette série. Penses-tu que Berne a été avantagé durant celle-ci ?

 

Avantagé, c'est peut-être un peu trop fort mais c'est clair que je trouve aussi que Berne et Zurich sont un peu avantagés. Peut-être que c'est nous qui avons cette impression mais il y a des arbitres, surtout à domicile, qui sifflent plutôt pour l'équipe locale et sans en dire trop je peux comprendre et je supporte Hugh.

 

Tu as été suspendu automatiquement un match pour une soi-disant charge sur Rubin, qui en a rajouté des tonnes. Est-ce que tu comprends pourquoi l’arbitre te renvoie sur le moment ?

 

Je pense que c'est à cause de l'histoire de Ronny Keller, c'est simplement ça. Si un joueur reste parterre une minute sans bouger, c'est clair que l'arbitre est un peu choqué. Le hockey est un jeu rapide et il n'a même pas vu ce qui c'était réellement passé, il a vraiment pensé que j'avais fait la faute mais je n'ai rien fait, c'était un accident comme ça et voilà.

 

N’as-tu as l’impression que Rubin a « profité » de l’état de choc général provoqué par l’annonce de la paralysie de Ronnie Keller le jour même pour en rajouter et provoquer ton expulsion ?

 

Non, je pense qu’à ce moment tu ne penses pas à une chose comme ça. J'espère bien qu'il ne l'a pas fait exprès. Je pense qu'il a pris un coup et il est resté parterre. Je le connais déjà depuis plusieurs années, des fois il fait des trucs comme ça mais je ne peux pas dire qu'il l'a fait exprès, c'est clair qu'il a pris un choc.

 

Lui en veux-tu ?

 

Non

 

Petit aparté concernant Ronny Keller. Tout le monde du hockey était sous le choc lors de la terrible annonce. En tant que joueur, comment réagi-t-on à ça ?

 

C'est horrible si un joueur est paralysé pour une chose comme ça et tu penses au fait que la vie change beaucoup. C'est malheureusement le risque du jeu. C'est vraiment dommage. J'ai aussi de la peine pour Schnyder, je pense qu'il ne voulait pas blesser quelqu'un, ils sont copains. C'est une situation qui même pour lui est difficile. Tu ne souhaites à personne d'être comme ça.

 

Est-ce que l’on y pense le soir même lorsque l’on entre sur la glace ?

 

Non, pour le match je pense qu’il n'y a personne qui pense à ce genre de chose. Il y a beaucoup d'autres choses auxquelles tu dois penser et si tu commences à jouer avec la peur, ce n'est pas bon.

 

Tu as certainement revu les images de la charge de Schnyder. Quelle analyse en fais-tu : c’était réellement méchant ou ça tient plus de la malchance ?

 

Non, pour moi c'est surtout de la malchance.

 

Revenons-en à Genève-Servette. Tu étais venu ici pour disputer les playoffs et lors de ta première saison ici, te voilà en « finale » des playout contre ton ancien club. Tu n’as pas eu l’impression d’avoir fait le mauvais choix ?

 

Pour les résultats c'est clair que j'ai fait un mauvais choix mais j'ai beaucoup aimé mon expérience à Genève, c'était vraiment trop cool et j'ai de la peine à partir mais c'est la vie.

 

Est-ce que ton expérience des playout a pu être utile à l’équipe dans ces moments ?

 

Oui, on a vu ça contre Rapperswil. Ils n'ont pas gagné beaucoup de matches et ils se sont préparés presque toute l'année pour les playout. Nous on manque les playoffs pour un ou deux points et sur le moment c'est assez difficile. Le truc particulier, en playout, c'est que si tu perds, tu dois encore jouer contrairement aux playoffs où tu peux te dire que tu as tout essayé mais c'est fini. Là, tu es déjà déçu d'avoir perdu et il faut encore jouer. C'est vraiment quelque chose de difficile, il y a beaucoup de pression.

 

On a souvent parlé de votre fameux voyage à Chamonix la saison passée, et de celui à Zermatt cette année. Ce genre de moments est-il indispensable pour la cohésion d’une équipe ?

 

Oui, c'est trop cool. J'ai toujours dit que l'équipe était immense ici à Genève et on a un bon mix entre les Américains, les Canadiens, les Romands et les Suisses-allemands. C'était vraiment cool et on a vu que ça a beaucoup aidé. Tu apprends à te connaître un peu plus en dehors du hockey et à la fin c'est ça qui compte, chacun se bat pour l'autre.

 

Est-ce que le « Harlem Shake » fait aussi partie de ces choses qui rapprochent les joueurs ? Qu’en as-tu pensé ?

 

Il y a toujours des joueurs fous comme John Fritsche ou Picard qui aiment bien ces trucs là et c'était cool mais moi je suis déjà trop vieux pour faire des choses comme ça.

 

Après les playout, voilà que cette saison démarre sur les chapeaux de roue, vous renversez tous sur votre passage. T’attendais-tu ça un tél départ ?

 

Non, je ne pensais pas qu'on allait gagner autant de matches de suite. C'est clair que je savais qu'on avait une bonne équipe et en ajoutant Couture et Yannick, c'étaient les dernières pièces qu'il manquait. Au début, on était chaud et on gagnait. C'était super. On a même battu le record.

 

Comment expliquer ensuite la terrible baisse de régime qu’a connu l’équipe ?

 

Je pense qu'on n’a plus bossé comme avant. On a un peu arrêté de faire les trucs justes. On n’était pas arrogants mais trop sûrs de nous. C'est clair que tu ne peux pas gagner 50 matches de suite mais la baisse de régime était trop longue. C'est dommage qu'on n’ait pas pu commencer les playoffs à domicile vu qu'on est une très bonne équipe à domicile.

 

Crois-tu que l’annonce de ton départ, de ceux de Friedli, Walsky et Fritsche et les rumeurs autour de Stephan ont eu un effet négatif sur le moral de l’équipe ?

 

Non, je ne pense pas. Et tous les joueurs sont assez professionnels pour gérer ça. C'est juste une excuse de dire ça. Si tu arrives aux playoffs, tu veux gagner de toute manière, tu te donnes à 100%.

 

Comprends-tu que le public soit déçu à l’issue cette saison, surtout après votre départ canon ?

 

Oui, c'est clair. Quand tu gagnes dix matches de suite et que tu as plus de dix points d'avance, tu commences à rêver. Je comprends le public et les fans mais à la fin on a donné le maximum et surtout pour les playoffs. On n’a pas loupé notre saison en playoffs mais peut-être un peu avant.

 

Quelle a été ta relation avec Chris McSorley durant ces deux saisons ?

 

C’était surtout une relation professionnelle. Chris n'est pas un entraîneur qui est proche des joueurs. Il a son capitaine avec qui il parle beaucoup et les autres sont tranquilles. Il y a des entraîneurs qui sont tout le temps avec l'équipe comme Schläpfer à Bienne. Ici, c'est surtout professionnel et je pense que c'est une bonne solution qu'il y ait de la distance.

 

Sven Leuenberger l’a traité de « salaud » et de « menteur » et Adrien Brunner, ancien éphémère joueur du club, a déclaré « enfin quelqu’un qui ose le dire ». Que penses-tu de ce genre de déclarations ?

 

Je pense que c'est un peu dur et les mots sont mal choisis. Chris fait son boulot et tout le monde peut faire les choses comme il veut. C'est un peu exagéré que Leuenberger dise ça comme ça. Ils ne sont pas 100% correct non plus à Berne. C'est le sport, c'est le hockey, c'est le business et en playoffs il y a beaucoup d'argent en jeu. 

 

Est-il l’entraineur le plus fou avec qui tu as eu à travailler ?

 

Je pense qu'il n'est pas fou. Jimmy a dit qu'il était pire avant mais pour moi il n'est pas fou. Il est sait toujours ce qu'il veut faire et ce qu'il veut dire et c'est son point fort. Il peut gueuler avec nous dans les vestiaires et dehors il est très calme. Il fait son travail et je pense que c’est immense ce qu'il a fait avec Genève. La base est incroyable et je pense que Genève n'est pas une ville de sport comme Berne mais c'est immense les fans qu'on a et tout ce qu'il a réussi à amener ici.

 

Si tu étais dirigeant avec un budget illimité et que tu devais composer la meilleure ligne possible avec des joueurs évoluant en LNA, qui choisirais-tu ?

 

En défense, je pense que Noreau est assez fort et Diaz aussi même si il est parti. En attaque, je dirais Sykora même s'il n'était pas incroyable cette année. Kevin qui a fait une super saison, il était le meilleur centre de cette année, pour moi il est un peu comme Von Arx dans ses meilleures années. Sprunger qui était pas mal quand il est revenu.

 

A titre personnel, qui est le meilleur joueur avec qui tu as joué ?

 

Pendant le lock-out, j'ai joué avec Heatley sinon je dirais Pothier, il était incroyable, il n'était jamais fatigué.

 

Et le pire ?

 

Ça je ne peux pas dire.

 

On te donne un crédit de 5 charges dures mais correctes à distribuer à des joueurs évoluant en LNA, à qui les donnes-tu ?

 

Peut-être Rivera pour lui faire chier. Je vais essayer l'année prochaine, ça me fait toujours rigoler quand il devient fou. Ça c'est clair que je vais le provoquer. Il n'y a pas de joueurs que je déteste dans la ligue et on a beaucoup de respect pour l'autre mais surtout sur des joueurs pour faire chier et pour rigoler après.

 

Quel sera le meilleur souvenir que tu garderas de ton passage à Genève ?

 

Les copains que j'ai trouvé ici et le club, c'est une ambiance très familiale que j'aime beaucoup, c'est tout le monde qui travaille ensemble. Les fans qui sont toujours corrects. Genève n'est pas une ville facile mais chaque joueur s'est bien adapté dans la ville, c'est vraiment cool.

 

Et le pire ?

 

C'est difficile à dire entre les playout de l'année passée et la chance manquée de cette année... Je dirais la chance manquée de cette année...

 

As-tu un mot à faire passer à tes futurs ex-coéquipiers ?

 

J'espère bien qu'on va venir ici et faire chier l'équipe surtout les Romands et les Genevois.

 

Et au public genevois ?

 

J'aimerais remercier les supporters pour ces deux saisons même si ce n'était pas toujours facile avec nous, avec moi. J'ai trouvé vraiment cool le support que j'ai reçu ces deux années et j'aimerais bien revenir un jour, pas seulement pour jouer mais aussi pour voir les personnes que j'ai connu ici.

 

Potins de vestiaires (dans le vestiaire du GSHC, qui est ...) 

 

Le plus fou : Si je te donne trois possibilités: John Fritsche, Picard ou Walker. Tu dis quoi? 

- Je pense que c'est Picard!? 

- Ce n'est pas moi qui l'ait dit.

 

Le plus coincé : Keller est assez timide et Jean Savary aussi.

 

Le plus dragueur : Bezina mais il est déjà trop vieux et maintenant avec son pied foutu, c'est fini pour lui. 

 

Le plus chambreur : C'est Walker, il est fou comme Picard, il fait des trucs incroyables.

 

Celui qui a les pires goûts musicaux : Il y a les américains qui aiment bien la country. Surtout Fritsche, Keller et Cody sinon il y a aussi Picard qui amène parfois des trucs assez fou.

 

Et les pires goûts vestimentaires : Il y en a plein, surtout les genevois. Je pense à Polo avec ses vestes de couleurs verte et rouge...