Le site non-officiel et déjanté du Genève-Servette Hockey Club
  • Les Bières
  • Les enflures
  • Forum
  • 09.03.2017
    Bossard Arena
    5-1
  • 11.03.2017
    Les Vernets
    1-5
  • CSKA Moscou
  • 07.08.2017
    Le Sentier
    19:30
  • HK Nitra
  • 09.08.2017
    Le Sentier
    19:30

Et si McSorley comblait le vide? (Le Matin)

La faillite de Martigny Red Ice à peine officialisée, «Le Matin» a appris que Sierre pourrait prendre la place de son voisin en LNB. Explications.

 

Le 20 février, Lematin.ch ébruitait les gros soucis financiers auxquels Martigny Red Ice était confronté. En même temps que le licenciement du coach Matjaz Kopitar était divulgué, un probable futur trou de deux millions était annoncé.

 

Un peu moins de quatre mois plus tard, les dirigeants ont été rattrapés par une réalité qu’ils essayaient, à l’époque, de travestir. Hier, le club du coude du Rhône a été déclaré en faillite par la juge de district – elle n’a pas accordé un délai de 15 jours supplémentaires pour permettre aux mouvements de sauvetage d’être coordonnés. Rideau, même si Martigny Red Ice a décidé de recourir devant le Tribunal cantonal.

 

Quatre sites visés par le GSHC

 

Si la Ligue nationale a sans doute perdu pour de bon l’un de ses membres historiques, elle pourrait en récupérer un autre: le HC Sierre. «Le Matin» a appris que Chris McSorley travaillait depuis plusieurs semaines sur un projet de club ferme pour GE Servette. Quatre endroits avaient été sélectionnés par le nouveau manager général du club «grenat», qui a agi avec la bénédiction de sa hiérarchie: Morges, Yverdon, Martigny et, donc, le club basé dans la Cité du Soleil. Contacté à ce sujet, le manager général du GSHC n’a pas souhaité commenter.

 

Mais il n’a pas démenti non plus. Comment aurait-il pu, d’ailleurs, puisque même certains dirigeants de Swiss Ice Hockey ont été mis au courant de son projet? En résumé, Chris McSorley a pour but de faire monter le HC Sierre sur le tapis vert en lieu et place de Martigny Red Ice. Sur la base d’un budget qui serait d’environ 1,5 million, il utiliserait ce club pour développer et aguerrir des joueurs au rythme de la Ligue nationale, comme Zoug (Zoug Academy), les Zurich Lions (Grasshopper), Winterthour (Kloten), Lugano et Ambri (Biasca) le font déjà.

 

Cette idée n’est pas sotte, pour une autre raison: Graben attire historiquement un public. Il permettrait de générer des revenus nécessaires pour boucler le budget. Selon nos informations, le nom de Sierre serait toujours étroitement associé au club, puisque Chris McSorley est parfaitement conscient de l’attachement des gens à une entité fortement ancrée sur son territoire.

 

Plusieurs écueils à franchir

 

Voilà, grossièrement résumée, la vision de l’Ontarien. Restent les écueils qu’il devra franchir pour que son projet devienne réalité dès la saison prochaine. Le premier: il faudra convaincre les dirigeants du HC Sierre de son bien-fondé, mais aussi les autorités de la Ville, qui seront sollicitées pour mettre Graben en conformité avec les standards en vigueur en LNB – les contacts ont été pris et sont déjà avancés.

 

Autre marche, conséquente, à franchir: la prochaine assemblée ordinaire de la Ligue nationale, qui aura lieu mardi et mercredi prochains à Konolfingen (BE). C’est à cette occasion que le projet piloté par Chris McSorley sera présenté. Comment cette tentative sera-t-elle perçue et accueillie? Suite à des coups de sonde effectués ci et là auprès de quelques clubs historiques de LNB, une chose est certaine: ce n’est pas gagné d’avance, certains ne voyant pas forcément cette initiative d’un bon œil.