Le site non-officiel et déjanté du Genève-Servette Hockey Club
  • Les Bières
  • Les enflures
  • Forum
  • 17.03.2018
    Les Vernets
    4-1
  • 20.03.2018
    PostFinance Arena
    5-2
  • Bili Tygri Liberec
  • 29.08.2018
    Yverdon-les-Bains
    20:15
  • Lulea
  • 30.08.2018
    Les Vernets
    19:00

Post Quennec Lux !

Il ne faut pas se leurrer, ce début d’année 2018 du GSHC n’est clairement pas à la hauteur des attentes des supporters et de l’équipe. Alors que la place en Playoff paraissait acquise à l’heure des fêtes, après 5 matchs en 2018 et 3 défaites, le GSHC voit gentiment la barre se rapprocher de lui. Autant dire que le match d’hier soir était déjà capital(e) face au SCB pour entamer d’une manière plus sereine ces prochaines semaines importantes.

 

Mais alors que les têtes étaient déjà tournées vers le match, un tweet de Patrick Andrey mettait tous les fans du GSHC en alerte. Selon ce tweet, un communiqué sur la vente des actions de Hugh Quennec devait tomber dans les prochaines minutes. La solution locale était écartée quelques minutes plus tard, une solution « provisoire » était de mise. Et pour cause, au final, le communiqué du club annonçait que MM. Quennec, Gillis et Gall allaient apporter la somme de 1,2 million dans les caisses du club, pour combler un trou d’au maximum 6 millions. Vaste blague vous avez-dit ? Je le confirme tant cette solution n’en est pas une. Les gens attendaient tous que le club annonce le départ de Hugh Quennec et la vente de ses actions et au final, on ne peut que craindre de voir qu’il sera encore et toujours au commande de notre club et ce jusqu’à la fin de la saison, au moins, dixit le directeur général, Pierre-Alain Regali…

 

Et le match dans tout cela me direz-vous ?

Eh bien, dès le début, il s’en fallait de peu pour que Cody Almond ouvre la marque mais le gardien bernois, Leonardo Genoni, veillait au grain. Très vite, le SCB se montrait à son tour, dangereux. À la 8èe minute, le GSHC pouvait profiter d'une première supériorité numérique, mais c’est Berne qui faillit ouvrir la marque. Mark Arcobello récupérait le puck et partait en contre-attaque ce qui permettait à Robert Mayer de s’illustrer par deux fois face à ce joueur… Quelques minutes plus tard, alors que le GSHC se retrouvait à nouveau en supériorité numérique, le spectacle était cette fois dans les tribunes, les IG déployaient leur banderole où il était inscrit : « 2018 nouveau départ, sans mensonge ni tocard. Post Quennec Lux ». Des « Quennec démission » étaient alors lancés du parterre nord suivis de « Casse-toi Quennec » avec un public frappant des mains pour l'accompagner (la question est peut-être de savoir si le public suivait pour la mélodie ou pour les paroles… le mystère reste entier). Finalement le tiers se terminait sur un score vierge. Un meilleur GSHC que le SCB dans l'ensemble, mais seulement un léger avantage dans la fameuse stat des tirs au but (8 à 6).

 

Dès l’entame du second tiers, le GSHC prenait en main la partie. Plusieurs belles occasions de scorer se sont alors succédées, dont une de Cody Almond, qui feintait deux joueurs bernois et qui aurait vraiment mérité de voir le puck terminer au fond des filets. Ce tiers était beaucoup plus dynamique, les actions se multipliaient, à l’image de celle de Noah Rod et Damien Riat qui avait elle aussi la valeur d’un goal. Riat avait fait tout juste en donnant une passe millimétrée à Rod, mais ce dernier reprenait de volée et ne cadrait pas son tir. Ce satané but ne voulait pas venir ! C’est finalement quand on l’attendait le moins, que le 1 à 0 arrivait à la mi-match par l’intermédiaire de Guillaume Maillard qui contournait le but, tentait de servir Floran Douay en retrait et voyait son puck être dévié par un Bernois au fond des buts de Leonardo Genoni. Suite à ce goal, le GSHC poussait tant et plus, mais l’arbitre trouvait encore une fois l’occasion de s’illustrer dans ce match en sifflant une pénalité plus que limite contre Cody Almond. Bronca du public mais contre toute attente, c’est bien le GSHC qui faisait mumuse avec le puck, à tel point que le SCB commettait à son tour une faute. À 4 contre 4, le jeu se débridait et Nathan Gerbe était tout près de marquer le 2 à 0. À la 38e minute, Romain Loeffel trouvait même la latte. Décidément le puck ne voulait pas rentrer ! Finalement, c’est toujours dans cette 38e minute que le GSHC marquait le 2 à 0. Sur un tir de la ligne bleue de Johan Fransson, Juraj Šimek levait sa canne et déviait le puck au fond des filets bernois. Les arbitres indiquaient alors directement qu’ils allaient visionner la vidéo, afin de vérifier que la canne de Juraj Šimek n’était pas trop haute. Heureusement pour le GSHC, le but était validé et le public exultait une seconde fois dans ce tiers qui se terminait sur ce score. Un très faible avantage lorsque l’on regarde les statistiques des grenats face aux Bernois. Jugez-le par vous-même : après deux tiers, il y avait 29 tirs à 12 pour le GSHC !

 

Oui mais voilà, lorsque l’on domine pareillement un match, il faut scorer. Le GSHC n’avait pas réussi à prendre suffisamment d’avance dans les 2 premiers tiers et le troisième tiers fut celui de trop. Tout d’abord, à la 47e minute, Jérémy Kamerzin se rappelait au bon souvenir des Vernets et ramenait son équipe à une longueur. Son tir était peut-être dévié par un patin involontaire bernois ou genevois, difficile à dire. Le 2 à 2 tombait à 5 minutes de la fin du match, un premier tir qui ne donnait rien mais le deuxième faisait mouche, Mason Raymond marquait alors son premier goal de la partie. Plus rien n’était marqué, malgré une dernière supériorité numérique pour les Aigles, riche en occasion, à 2 minutes de la fin du match...

 

La prolongation à 3 contre 3 pouvait commencer et au petit jeu du « un coup à toi, un coup à moi », c’est Berne qui réussissait à tirer son épingle du jeu. Une action marquée par une belle erreur défensive, puisqu’Henrik Tömmernes partait à l’attaque oubliant Mason Raymond laissé seul à l’arrière. Ce dernier recevait tranquillement le puck de l’un de ses coéquipiers et partait avec deux longueurs d’avance affronter Robert Mayer. Alors que notre gardien avait fait le premier arrêt, le Bernois réussissait à récupérer le puck, un genou au sol, et à le soulever dans le goal. Le puck passait derrière Robert Mayer et rentrait d’un rien. La vérification à la vidéo de ce but par les deux arbitres n’y changeait rien. Score final : 2 à 3 pour les Bernois. Les Aigles ne méritaient clairement pas cette fin en queue de poisson… tant ce match paraissait être pour eux ! Rageant, c’est bien le sentiment qui dominait à la fin du match, mais plus encore, je crois que ce qu’il faut retenir de ce match, c’est l’abnégation de toute une équipe, qui malgré les blessures et les soucis internes, n’a rien lâché et a tenu tête au premier du classement durant quasiment 2 tiers et demi !

 

PS : n’hésitez pas à chanter encore plus fort la prochaine fois « Quennec démission » car pour reprendre les IG, « Post Quennec Lux » assurément !

    Les bières

  • Tanner Richard

    Omniprésent dans tous les compartiments du jeu, un régal de te voir jouer sous nos couleurs !
  • Juraj Šimek

    Pour ton goal qu’on a bien cru décisif !
  • L'équipe

    Certes elle a perdu le match contre Berne, mais avec autant de blessés, la voir se battre et tenir tête à Berne, chapeau bas et merci !
  • La faible affluence

    5133 spectateurs alors que l’on jouait Berne ? Pire affluence depuis 10 ans contre cette équipe… Les temps sont durs, mais l’équipe ne lâche rien et ne mérite pas cette si faible affluence.
  • Mason Raymond

    Parce que je n’ai pas envie de blâmer un joueur du GSHC et que tu nous as mis deux goals, deux de trop !
  • Hugh Quennec

    Dégage ! C’est bien beau de mettre 1,2 million avec tes acolytes, mais sans ta gestion calamiteuse, on n’aurait même pas besoin de cet argent !