Le site non-officiel et déjanté du Genève-Servette Hockey Club
  • Les Bières
  • Les enflures
  • Forum
  • 16.11.2017
    Les Vernets
    0-3
  • 21.11.2017
    Vaillant Arena
    4-1
  • 24.11.2017
    Malley
    19:45
  • 25.11.2017
    Les Vernets
    19:45

Devant Stan Wawrinka, les Aigles s’offrent du jeu, un set et le match ! (TdG)

Comme le veut la tradition aux Vernets, l’invité qui donne le coup d’envoi de la partie doit enfiler le tricot des Aigles et lancer au public: «Ici c’est Genève, allez les Grenat!» Parce que ce n’était pas l’endroit et le moment de jeter de l’huile sur le feu, Stan Wawrinka ne pouvait décemment pas monter au filet. Le tennisman vaudois, dont le cœur bat pour le Lausanne HC, a préféré s’abstenir. Il s’est même présenté sur la glace avec un maillot noir des Lions! Le vainqueur du Geneva Open, finaliste à Roland Garros et Indian Wells, a finalement perdu le match 6-1 et n’aura vu que du jeu du côté des Genevois, partis des profondeurs pour remonter à la surface.

Depuis leur défaite à Lausanne (8-4) puis face à Ambri à la maison il y a un petit mois, c’est la trajectoire des Grenat. Depuis, à l’exception d’un petit fléchissement coupable contre Langnau la semaine passée, les Genevois nés des cendres d’un début de saison mitigé tracent en toute sérénité un nouveau chemin dans leur destinée. Les voilà sur la barre!

Espoir identique

Chacun dans les deux camps nourrissait le même discours. L’espoir était identique tant à Malley qu’aux Vernets, on parlait de bonne direction.

Deux jours après Halloween, le champion de Saint-Barthélemy a quitté Genève avec le masque. Ses protégés de Malley lui ont fait peur, avec dans la cage des Lions le fantôme du grand gardien qu’il a été. Cristobal Huet, 42 ans, n’est plus en mesure de faire la différence quand son équipe est aussi fragile que ses genoux. Ce n’est plus un ange gardien. Mais il s’est bien battu, s’illustrant surtout avec ses poings en fin de rencontre, contre Nathan Gerbe. Les deux joueurs, qui se cherchent sur la glace, sont allés se calmer aux vestiaires. Auteur d’un vilain coup de coude, l’Américain risque une grosse suspension.

Nerfs à fleur de peau

Entre deux formations qui bataillent sous la barre, ce derby à six points n’a pas atteint des sommets, il fallait s’y attendre. Les nerfs étaient à fleur de peau. Mais devant leur public et avides de revanche, ce sont finalement les Servettiens qui ont fait de la rondelle un palet royal. C’est Jeremy Wick, l’homme en forme des Grenat, qui a montré la voie, en power-play s’il vous plaît, après un service de Richard, ce cœur de Lion. Et si Sven Ryser pensait avoir rallumé la flamme pour les Vaudois, ce n’était que le chant du cygne. Supérieurs dans le jeu et l’envie, les Servettiens ne pouvaient pas perdre ce match-là. «Cette fois-ci, on a réussi à appliquer notre système durant soixante minutes, c’est ce qui nous manquait un peu en ce début de saison», se réjouissait Kevin Romy. Le capitaine était de retour au jeu après une absence d’un mois, dans une ligne composée de Nathan Gerbe et de Nick Spaling. «C’est la première fois que nous évoluions ensemble, on doit encore trouver nos automatismes, admet l’attaquant. Mais on a tout de même réussi une bonne performance, à l’image de notre équipe.»

 

Ce troisième derby de la saison ne pouvait pas se terminer, selon la tradition quand les deux frères ennemis se rencontrent, sans une grosse bagarre. «On a montré que nous étions unis, tous ensemble et qu’on tire tous à la même corde», sourit le capitaine des Grenat sous les yeux d’un Stan Wawrinka qui aura apprécié les coups droits de Nathan Gerbe et de Cristobal Huet.